Bandeau
Rite Forestier des Anciens
Slogan du site
Descriptif du site
Catéchisme des Bons Cousins Charbonniers de Naples
Article mis en ligne le 30 avril 2015

par Jean-Luc
Imprimer logo imprimer Enregistrer au format PDF Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Catéchisme des Bons Cousins Charbonniers de Naples
(traduit de l’Italien par Pascal Arnaud)

Ouverture des travaux

Le Grand Maître frappe un coup de hachette, répété par les assistants et dit :– Prenez-place, Bons Cousins Charbonniers. Bon Cousin maître des Cérémonies, voyez si tous mes bons Cousins sont à leur place ;

Le M. des C. s’en assure et dit :– Tous sont à leur place.

GM : – Quel est votre devoir en Vente, Bon Cousin Premier Assistant ?

Le 1er Ass : – C’est de m’assurer que notre Baraque est bien couverte.

GM : – Faites vous en assurer par le Bon Cousin Expert.

Le 1er Ass : – Bon Cousin Expert, faites votre devoir.

L’expert sort de la salle, vérifie, et à son retour dit :– Premier Assistant, nous sommes couverts.

Le 1er Ass : -Grand Maître, notre Baraque est bien défendue des Loups, dedans et dehors.

GM : – Premier Assistant, quel est votre second devoir ?

Le 1er Ass : – De voir si tous les présents sont décemment vêtus et Bons Cousins de cette respectable Vente.

GM : – Faites-vous-en assurer par le M. des Cérémonies et l’Expert.

Le 1er Ass. leur ordonne de faire le tour. Le M. des Cér. se fait donner par chacun le Mot Sacré et dit :-Premier Assistant, tous les Présents sont décemment vêtus et Bons Cousins de cette Vente.

Le 1er Assistant le répète au Grand Maître.

G. M. – Premier Assistant, à quelle heure s’ouvrent nos travaux ?

Le 1er Ass. – A l’heure où le Soleil illumine nos forêts.

G. M. – Second Assistant, quelle heure est-il ?

Le 2d Ass. – Le Soleil illumine nos forêts.

G. M. – Puisque le Soleil illumine nos forêts, et qu’il est l’heure que les Bons Cousins débutent leurs travaux, Assistants, demandez à tous sur vos ourdons de s’unir à moi, après l’invocation régulière, pour ouvrir les travaux de cette respectable loge et de porter les avantages accoutumés.

Les deux assistants répètent les ordres reçus ; le GM frappe un coup de hachette, appelle à l’Ordre et continue ainsi :-A la gloire du Grand Maître de l’Univers et de notre Protecteur saint Thibault, et sous les auspices de la Haute Vente à l’Ordre de Naples, la Respectable Vente sous le titre distinctif de... ouvre ses travaux au grade d’Apprenti. Il n’est plus permis à quiconque de qui sa place ni de prendre la parole sans l’avoir demandée.

On fait les signes et on bat les 3 coups de cette manière : · - -

La Vente est ouverte. Bons Cousins, prenez place. Premier et Second assistant, veillez à ce que chacun prête attention ) la pièce de fourneau des derniers travaux.

Les assistants répètent et répondent :– Tout est annoncé.

G. M. – Bon Cousin Secrétaire, vous avez la parole
.
Le secrétaire lit le procès-verbal de la réunion précédente.

G. M. – Bons Cousins 1er et 2d Ass. Faites savoir à vos ourdons que si, à la rédaction de la pièce de fourneau qui vient d’être lu par le Cousin Secrétaire, il semblait à quelqu’un que quelque chose ait été omis ou mal transcrit, la parole lui sera accordée.

Après l’approbation de l’Orateur et la sanction que l’Assemblée manifeste par un triple applaudissement, la rédaction est portée à la signature des principaux Officiers.

G. M. – Bon Cousin Expert, Veuillez vous rendre dans la Forêt pour vous assurer s’il s’y trouve des visiteurs qui demandent à participer à nos travaux.

L’Expert sort. S’il y en a, il se fait remettre leurs Certificats, lorsqu’ils ne sont pas connus, et fait en outre écrire leur nom et leur prénom sur une feuille qu’il transmet au Secrétaire. Les certificats et les autres papiers sont remis à l’Orateur, qui les vérifie. Si tout est en règle, le G.M. dit : – Faites-les entrer, Bon Cousin Expert.

Les visiteurs entrent et s’arrêtent au milieu de la salle, devant le tableau symbolique.

G. M. – D’où venez-vous, Bon Cousin visiteur ?

R – D’une forêt, de ma Vente et de mon Ourdon.

G. M. – Où allez-vous ?

R – Dans la Chambre d’Honneur.

G. M. – Que venez-vous faire ici ?

R – Vaincre mes passions, soumettre ma volonté et m’instruire dans la Respectable Charbonnerie.

G. M. – Qu’apportez-vous de votre Forêt ?

R – Du bois, des feuilles et de la terre, pour construire, allumer et cuire une fournée.

G. M. – Ne nous apportez-vous rien de plus ?

R – Foi, Espérance et Charité à tous les Bons Cousins de cette Chambre d’Honneur, et le désir d’avoir une place parmi vous.
G. M. – Cela vous est accordé. Bon Cousin M. des Cér., faites-le s’installer à la place qui lui échoit.

Initiation

Le Cousin Couvreur dit : - Un Païen frappe à la porte.

Les Assistants répètent : - Un Païen frappe à la porte.

G. M. – Voyez qui est ce téméraire qui a l’audace de troubler nos paisibles travaux.

Le Couvreur dit : - C’est un païen qui s’est perdu dans la Forêt.

Les Assistants répètent :- C’est un païen qui s’est perdu dans la Forêt.

G. M. – Demandez-lui ce qu’il cherche et de quel droit il prétend entrer parmi nous.

Le Couvreur répond pour le candidat : - Avec la libéralité de ses principes et la moralité de sa conduite.

G. M. – Faites-le entrer. Citoyen, qui vous a inspiré l’idée de venir parmi nous et quel est votre dessein ?

(A cette demande et à celles qui suivent on attend une réponse spontanée du candidat)

G. M. – Avez-vous déjà été instruit de notre Institution ? Prenez garde de ne pas avoir à vous repentir d’une décision imprudente.

Quelles réflexions vous ont inspiré les objets offert à votre regard dans la grotte où vous avez été tenu enfermé ?

Quelle idée vous êtes-vous fait de la Société à la quelle vous voulez appartenir et à laquelle vous avez dû vous présenter dépouillé de vos métaux et les yeux bandés ?

Ne craignez-vous point que quelqu’un d’entre nous n’abuse de votre faiblesse et de l’état d’aveuglement où vous vous trouvez ?

Cet aveuglement représente l’état d’ignorance dans lequel l’homme est généralement obligé d’avancer, d’erreur en erreur, parmi les ténèbres qui l’entourent. Des erreurs on finit par passer à l’excès des vices, lesquels se réduisent à l’abus de la propriété, dont sont le signe les métaux, dont vous avez été privé. Par cette privation, nous entendons vous prévenir contre les principaux désordres des sociétés corrompues, dans le sein desquels vous avez été jusque là élevé. Nous exigeons trois choses de qui veut faire partie de notre Société :

1) Un pleine sincérité de cœur ;

2) Une absolue docilité ;

3) Une constance à toute épreuve dans le mépris du danger.

Etes-vous pleinement déterminé et vous sentez-vous toute la force nécessaire pour soutenir les épreuves par lesquelles vous devez passer ? Elles réclament toute la fermeté d’esprit possible, dont l’homme soit capable. Voulez-vous soumettre à ce terrible ciment ?

G. M. – Puisque vous êtes entièrement résolu, Bon Cousin Expert, faites-lui faire le premier et le second voyage.

Il sort, et, les voyages effectués, frappe irrégulièrement à la porte.

Le Couvreur dit : – Second Ass., c’est le Païen qui rentre de ses voyages.

Les assistants répètent : - C’est le Païen qui rentre de ses voyages.

G. M. – Faites-le entrer (jusque là, il a adopté une intonation sévère. Sa voix se fait désormais plus douce)

Qu’avez-vous observé durant vos voyages ?

(Le candidat répond comme il l’entend)

Vous avez du combattre et vaincre le conflit des maux inévitables de la Nature, et cela vous a été indiqué par le voyage plein de dangers dans la Forêt, entre le bruit menaçant de la pluie et du tonnerre. Pour vous débarrasser ensuite de l’impureté originelle de la Nature, dont vous êtes composé, il a été nécessaire de vous faire passer au milieu du feu et de la purifier par ce moyen, dans lequel a consisté votre second voyage. Puisse ce feu matériel allumer en vous le feu sacré de vertu que l’on demande dans la vie nouvelle que vous commencez. Nous exigeons de vous une autre épreuve, plus forte, et celle-ci est un Serment, le plus sacré et inviolable. Il n’offense ni la Religion, ni l’Etat, ni les devoirs ou les droits civils, mais vous devez y souscrire. Etes vous prêt à le faire ?

(Le candidat répond par l’affirmative)

G. M. – Debout, et à l’Ordre, Bons Cousins. Maître des Cérémonies, faites-le approcher du Trône accompagné des gardes.

(A genoux, il prête serment)

G. M. – Maître des Cérémonies, conduisez-le entre les Ourdons.

Le 1er et le 2d Assistant l’encadrent. Le Maître des Cérémonies se tient derrière lui prêt à lui retirer le bandeau. Le 1er Ass. lui met la main sur l’épaule.

G. M. – Que demandez-vous, Païen (il doit répondre : – La lumière)

G. M. – Que celle-ci vous soit accordée au 3e coup de ma hachette. Les Assistants lèvent dans sa direction leurs hachettes. Le Maître des Cérémonies lui retire le bandeau.

G. M. – Les hachettes que vous voyez dans nos mains, seront l’outil de votre supplice si vous venez à trahir votre Serment. En revanche, elles voleront à votre secours si vous en avez besoin. Maître des Cérémonies, faites-le approcher du Trône. Vous devez prononcer à nouveau et ratifier une partie du serment que vous avez prononcé les yeux bandés. Répétez après moi : « Je jure et je promets de reconnaître et d’Observer les Statuts Généraux et les Règlements de l’Ordre Charbonnier et de la Haute-Vente de Naples, dont je suis Membre ».

Ceci étant dit, on procède au Baptême de l’initié, qui se fait ainsi : le GM lui touche les Yeux, les oreilles, les narines et les lèvres avec une pièce de lin légèrement mouillée d’eau, en lui disant successivement :

Vous ne verrez plus que par nos yeux.

Vous n’entendrez plus que par nos oreilles.

Vous sentirez les effluves de notre Charbon.

Vous ne direz que des paroles sages.

Ceci dit, le GM poursuit : - A la gloire du Grand Maître de l’Univers, au nom de saint Théobald, et sous les auspices de la Haute-Vente de Naples, par les pouvoirs qui me sont conférés, je vous fais Apprenti Charbonnier et membre de cette Respectable Vente.

(il se lève et lui donne ses décors)

Prenez ces ornements : ils vous donnent le droit de siéger parmi nous. Vous ne devez jamais vous présenter ici sans en être décoré. Pour nous reconnaître entre nous, nous avons des Signes, Attouchements et Mots Sacrés. Ces dernières ne se prononcent qu’en Vente, où nous n’utilisons plus le titre de « Monsieur », mais celui de « Bon Cousin ». Lorsque vous serez appelé à l’Ordre, vous vous mettrez ainsi (il le lui enseigne). Que ses métaux lui soient rendus.

Le GM lui donne le baiser de paix et ordonne au Maître des Cérémonies de l’instruire des Signes et des Mots, puis il le fait reconnaître par les Assistants.

2e Ass. – Bon Cousin Premier Assistant, tout est juste et parfait.

Le 1er Ass. le répète au GM. Entre-temps le Candidat sera placé au milieu de la salle.

GM – Bons Cousins 1er et 2e Ass., faites reconnaître par vos Ourdons comme membre de cette Respectable Vente le Bon Cousin ... ... et à s’unir à moi pour lui porter les avantages qui lui sont dûs.

Fermeture des Travaux

GM – Bon Cousin Maître des Cérémonies, faites circuler le Sac aux Propositions.

Le maître des Cérémonies, une fois le tour achevé, sera accompagné au Trône par les Assistants et par deux Maîtres. Le GM prendra les Pièces et les comptera.

GM – Assistants, avisez que le Sac a produit n. propositions, qui sont remises au Secrétaire, afin qu’il en donne lecture.

(Les Assistants répètent)

GM – Assistants, avisez que le Sac des pauvres va circuler.

Les Assistants répètent. Le Maître des Cérémonies fait le tour de la salle accompagné de deux Maîtres et porte le sac à l’Orateur, qui compte les pièces avec le Grand Maître.

GM – Bons Cousins, le Sac des Pauvres a produit une médaille de ... ... qui est transmis au Bon Cousin Trésorier. Assistants, faites savoir que si quelqu’un a une proposition à faire dans l’intérêt de l’Ordre ou de cette Vente, la parole lui est accordée.

Les Assistants répètent, puis donnent la réponse.

GM – Assistants, faites savoir sur vos Ourdons que le Secrétaire va donner lecture de l’ébauche des travaux du jour.

Les Assistants exécutent , puis le Secrétaire donne lecture.

GM – Si quelqu’un a des observations à faire sur la rédaction de la pièce de Fourneau qui vient d’être lue, la Parole lui est accordée.

Les Assistants répètent, et la discussion a lieu si nécessaire.

GM – Bon Cousin Orateur, veuillez nous donner vos conclusions.

L’Orateur rend ses conclusions, ensuite de quoi on procède à la fermeture des travaux en la forme suivante :

GM – Premier Assistant, à quelque heure se ferment nos travaux ?

R – A l’heure où le soleil n’illumine plus nos Forêts.

GM – Second Assistant, quelle heure est-il ?

R – Le Soleil n’illumine plus nos Forêts.

GM – Puisque le Soleil n’illumine plus nos Forêts, il est l’heure de fermer nos travaux. Premeir et Second Assistant, avisez tous les Bons Cousins de vos Ourdons, afin qu’ils s’unissent à moi pour fermer les travaux de ce jour.

(Les Assistants répètent)

GM – A l’Ordre et debout (il frappe les trois coups du grade)

A la Gloire du Grand Maître de l’Univers et sous les auspices de la Haute Vente, la Respectable Vente ... ...ferme ses travaux au grade d’Apprenti. A moi, Bons Cousins, par les Signes.

Le GM fait les Signes, puis les Applaudissements et avec lui tous les autres.

GM – La Vente est fermée. Jurons le secret et donnons notre parole de nous réunir à la première occasion avec plus de ferveur.

Tous lèvent la main et disent : – je le jure !

Puis on fait la chaîne d’Union, et on s’échange le mot de passe, le baiser de paix, et l’assemblée se sépare.

Catéchisme

Q – D’où venez-vous, mon Bon Cousin Charbonnier ?

R – De la Forêt.

Q – Qu’avez-vous fait ?

R – A tout prix, je me suis pourvu en matériaux pour cuire la Fournée.

Q – Que nous apportez-vous ?

R – Le Salut et l’Amitié à tous les Bons Cousins Charbonniers.

Q – Où avez-vous été reçus ?

R – Sur une pièce de lin dans une Chambre d’Honneur d’une Vente Parfaite.

Q – Par où vous a-t-on fait passer ?

R – Au milieu d’une forêt, sur l’échelle d’un Fourneau de charbons allumés par trois bons Cousins Charbonniers dans une Chambre d’Honneur.

Q – Comment étiez-vous préparé ?

R – J’étais décemment vêtu, mais les yeux bandés.

Q – Avez-vous fait un voyage ?

R – J’en ai fait deux : un à travers la Forêt, l’autre à travers le Feu.

Q – Qu’indique le voyage à travers la Forêt ?

R – Que la vie humaine est entourée de dangers, et que pour les éviter le Bon Charbonnier doit être vigilant et sur ses gardes.

Q – Qu’indique le second voyage ?

R – Ce voyage effectué à travers le feu indique que le cœur des Bons Charbonniers doit être purifié de toute tâche, de nature à souiller et corrompre les bonnes mœurs.

Q – Qu’avez-vous observé après ces voyages ?

R – Je fus conduit sous le bandeau à la Vente, pour y révéler mon nom, mon prénom, ma patrie, mon âge, ma religion, ma condition et mon domicile actuel.

Q – Que portaient ceux qui vous ont reçus ?

R – Eau, terre, feuilles.

Q – Que signifient ces choses ?

R – Que sans réunir les matériaux, on ne peut construire le fourneau ni allumer les charbons.

Q – Introduit dans la Vente, qu’avez-vous déclaré d’autres que vos nom et prénom ?

R – Agenouillé devant le Trône, j’ai prononcé mon Serment, on m’a retiré le bandeau, et j’ai été instruit des Signes, Attouchements et Mots.

Q – Quels sont ces signes ?

R – (on les fait en réponse)

Q – Quels sont les mots ?

R – Je ne les sais pas tous. Dites-moi le premier, je dirai le second.
(on se les dit tour à tour)

Q –Quel est l’Attouchement ?

R – (on se le donne en réponse)

Q – Que signifie le Tronc ?

R – Le ciel et la rotondité de la terre.

Q – Qu’entendez-vous à travers ces images ?

R – Sur la surface de la Terre sont dispersé les BCC et le ciel, de sa voûte, les couvre et les protège.

Q – Qu’avez-vous remarqué au-dessus de lui ?

R – Sept bases bien placées et en bon ordre.

Q – Quelles sont ces bases ?

R – La pièce de lin, l’eau, le feu, le sel, la croix, le fagot et les feuilles.

Q – Que signifie la pièce de lin blanc ?

R – La candeur de nos mœurs, essentielle à tous les bons Charbonniers.

Q – Que signifie l’eau ?

R – Rendue sacramentelle par le Grand Maître de l’Univers, elle a fait de nous ses amis.
Q – Que signifie le sel ?

R – C’est lui qui nous apprend à devoir nous employer à contraindre la corruption occasionnée par le vice dans nos cœurs, non seulement dans tous les Bons Cousins Charbonniers, mais encore dans tout le reste des hommes.

Q – Que signifie le feu ?

R – Que le cœur des Bons Charbonniers doit être toujours brûlant des flammes de la charité et de la Maxime de cette sublime morale de faire aux autres ce que nous voudrions que l’on nous fît à nous-mêmes.

Q – Que signifie la tête coupée du loup ?

R – C’est le destin réservé à qui tenterait de jeter le trouble dans nos paisibles travaux.

Q – Que signifie la croix ?

R – Que l’on ne parvient à la vertu qu’après de grandes souffrances, à l’exemple de notre Grand Maître, qui par la croix nous a unis à Dieu.

Q – Que signifie le fagot et à quoi sert-t-il ?

R – C’est le matériau principal pour cuire une fournée.

Q – Qu’avez-vous observé d’autre ?

R – Un mouchoir blanc et une certaine quantité de terre ; j(‘ai encore vu du fil, une couronne d’épines et des rubans.

Q – Que signifie le mouchoir blanc ?

R – La pureté et la candeur des BCC.

Q – A quoi sert la terre ?

R – A fermer le fourneau.

Q – Que signifie le fil ?

R – La chaîne mystique qui noue et étreint les bons Charbonniers par l’entremise de la vertu.
Q – Que signifie la couronne d’épines ?

R – C’est celle dont les BCC doivent mystiquement s’orner la tête pour se souvenir qu’il leur est interdit de former des pensées contraires à la Vertu, à la Religion, à l’Etat.

Q – Que signifient les rubans ?

R – Les attributs principaux de notre Société et les coutumes des Bons Cousins.

Q – De quelles couleurs sont ces rubans ?

R – Bleu, Rouge et Noir.

Q – Que signifie le bleu ?

R – Le feu du Fourneau.

Q – Que signifie le rouge ?

R – La flamme du fourneau.

Q – Que signifie le Noir ?

R – Le charbon du fourneau.

Q – Quelle est la signification mystique de chacune de ces couleurs ?

R – Le bleu signifie l’Espérance, le Rouge la Charité et le noir la Foi.

Q – De quel matériau fut fait le premier charbon ?

R – De fougère et d’Ortie

Q – Etes-vous apprenti Charbonnier ?

R – Mes Maîtres me reconnaissent comme tel.

Q – Combien de temps faut-il pour faire un apprenti ?

R – Neuf réunions.

Q – Avec qui les Apprentis travaillent-ils ?

R – Sous la direction des Maîtres.

Q – Que signifie le Signe d’Apprenti ?

R – La Foi du Bon Charbonnier.

Q – Que signifie le modèle apposé à votre veste ?

R – La perche du fourneau.

Q – Comment se taillent les faisceaux du fagot ?

R – A la manière du modèle, comme la perche.

Q – Que signifie le chapeau en Vente ?

R – Que le fourneau est couvert.

J’ai été nu et vous m’avez habillé. Bonne Vie ! A l’Avantage !

puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2011-2017 © Rite Forestier des Anciens - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.51
Hébergeur : OVH